Trouver un éducateur canin de confiance

Image
Raphaël Pépin
Raphaël PépinEnseignant diplômé et consultant en comportement canin professionnel certifié
B. Ens, CTC, PCBC-A, CSAT, CPDT-KA, FFCP

Maintenant que vous êtes experts dans l’identification des drapeaux rouges (voir la publication précédente), affinons vos techniques de recherche afin de dénicher l’intervenant qu’il vous faut, car dans un domaine non réglementé, la vigilance est de mise. Lorsqu’on cherche un plombier ou un dentiste, on sait que minimalement il détiendra un permis de travail ou sera membre d’un ordre professionnel, mais ce n’est pas le cas pour l’éducateur canin. De plus, le bien être de votre précieux compagnon en dépend, ce n’est donc pas la place pour une décision prise à la légère.


Voici une liste de points à rechercher. Ces informations devraient se trouver facilement sur le site web de l’éducateur s’il fait preuve de transparence. Si ce n’est pas le cas ou si l’information semble ambiguë, il est fortement recommandé de contacter le professionnel et de poser des questions avant de réserver une première rencontre.

1 - Quelles méthodes?

Un professionnel sera transparent en ce qui concerne les méthodes et les outils qu’il utilise pour qu’il soit facile à départager des dresseurs qui utilisent la peur ou la douleur. Recherchez  des mots clés comme: sans peur, sans douleur, sans intimidation, méthodes éthiques ou bienveillantes. Soyez alerte, plusieurs dresseurs utilisent des termes comme renforcement positif ou basé sur la science pour attirer les clients, même s’ils utilisent également des méthodes désuètes.


N’hésitez pas à demander des précisions si les méthodes ne sont pas énoncées de façon claire, ce point est non négociable. Vous voulez à tout prix éviter les mauvaises surprises et payer pour qu’un dresseur étrangle ou électrocute votre compagnon.

2 - Quelles écoles ou formateurs?

Le curriculum vitae de votre intervenant devrait être accessible, sinon, demandez-le! Dans un domaine réglementé, on peut être certain que notre psychologue ou médecin possède un doctorat en règle provenant d’une université réputée. Dans le domaine canin, il en est tout autrement. Validez la formation de votre professionnel et prenez le temps de visiter le site web des écoles ou des formateurs fréquentés. Sont-ils eux-mêmes diplômés et certifiés? Affichent-ils leurs méthodes?

3 - Une formation à jour?

Comme n’importe quel professionnel, la formation continue est essentielle. Tant qu’à obtenir le CV de votre intervenant, assurez-vous que les cours les plus récents datent d’il y a moins de 2 ans.

4 - De la transparence?

Un éducateur professionnel ne tente pas de dissimuler ou de déguiser de l’information. Ses tarifs devraient être faciles à trouver, il ne devrait pas être nécessaire de le contacter pour obtenir cette information. Il devrait également exposer ses spécialités et refuser de travailler une problématique pour laquelle il ne se sent pas suffisamment compétent. Un professionnel admettra ses limites et n’en fera pas une question d’égo. Il lui fera plaisir de vous référer à quelqu’un qu’il juge plus adéquat pour vous soutenir. Les bons éducateurs ont souvent un grand réseau de contacts et n’hésitent pas à référer ou travailler en collaboration.

5 - De l'expérience?

L’expérience n’a pas de prix, mais il faut bien débuter quelque part! L’idéal est probablement d’engager un éducateur qui a travaillé avec des centaines de chiens avant le vôtre, mais engager un intervenant novice peut aussi s’avérer un bon choix. Vous serez probablement mieux servi par un éducateur peu expérimenté, mais qui détient une formation solide, plutôt qu’un éducateur d’expérience qui n’a pas fait d’études rigoureuses, qui ne s’est pas tenu à jour ou qui n’est pas transparent. 


Si vous engagez un professionnel nouvellement sorti de l’école, assurez-vous qu’il soit assez honnête pour vous indiquer si vos besoins dépassent ses capacités. Il se peut également qu’il se réfère à un collègue ou mentor pour vous soutenir de façon adéquate, mais en aucun temps il ne devrait improviser ses interventions.

6 - Membre d’une organisation professionnelle?

Au Québec, nous avons la chance d’avoir le RQIEC (regroupement québécois des intervenants en éducation canine). Cette association regroupe des intervenants qui adhèrent à un code de déontologie stricte, qui s’engagent à poursuivre leur formation en continue et surtout, qui ont réussi un examen d’admission rigoureux. Il s’agit d’une excellente façon de dénicher un éducateur qualifié. Vous pouvez d’ailleurs le faire juste ici: https://rqiec.com/trouver-un-intervenant/


Dans un monde idéal, votre éducateur serait non seulement membre du RQIEC mais également certifié par un organisme indépendant international comme le CCPDT, l’IAABC ou le PPAB. Ces certifications ne sont pas répandues au Québec puisqu'elles étaient réservées jusqu’à tout récemment aux éducateurs bilingues, mais le PPAB offre maintenant des certifications en français, ce qui devrait considérablement augmenter le nombre d’intervenants certifiés.

Des raccourcis à éviter

Parfois quelques raccourcis semblent alléchants, car ils évitent de faire des recherches exhaustives, mais être prudent s’impose!

1. Le bouche-à-oreille ou les recommandations sur les médias sociaux

Le premier réflexe pour plusieurs est de demander à son entourage s’ils ont des intervenants à recommander. C’est en effet une approche pertinente, mais elle vous indiquera principalement si ce professionnel offre un bon service à la clientèle, si des résultats étaient au rendez-vous et si la personnalité de l’intervenant était appréciée. Ne négligez pas de valider que cette personne recommandée réponde aux 6 critères mentionnés plus haut. Apprécier un service ou la personnalité d’un éducateur canin et même obtenir des résultats n’est pas suffisant pour affirmer qu’un professionnel est compétent. Cependant, si votre contact a fait ses devoirs, il pourra répondre à certaines des questions essentielles à poser et accélérer votre recherche.

2. Cartes d’affaires ou publicités

Dans le même ordre d’idée, ce n’est pas parce qu’on déniche une carte d’affaire dans un endroit de confiance que les gens qui autorisent d’exposer une carte d’affaire ont fait les démarches nécessaires pour s’assurer du professionnalisme de la personne référée. La même prudence est de nécessaire pour les publicités, peu importe le média ou l’annonceur.

Ce qu’il faut retenir, c’est que ces 6 questions vous garantissent la tranquillité d’esprit et vous assurent de prendre la bonne décision.